Au départ de cette œuvre, il y a d'abord eu un travail qui consistait à récupérer des images de bateaux de migrants trouvées sur internet qui étaient ensuite déchiquées au mixeur, sorte de métaphore de vies broyées, pour les transformer ensuite en nuages de papier. C’est finalement l’image trouée par le découpage des bateaux qui a davantage retenu mon attention. En effet, être face à cette image, c’est être d’abord confronté à un trou, à un vide, dont les contours d’abord énigmatiques deviennent rapidement identifiables. Ainsi troués, le document initial et, avec lui, la mer rendent davantage visible une absence. La découpe affiche dès lors un paradoxe, celui d’un geste d’évacuation qui pourtant laisse des traces dans notre (in)conscience collective.

 
http://jehannepaternostre.com/files/gimgs/th-11_JehannePaternostre_mer trouée.jpg

Mer trouée, 2017
Impression jet d'encre découpée
90x60cm